Préserver

Partenariat avec le Parc Naturel Régional des Caps et Marais d'Opale

La création du Parc Naturel Régional des Caps et Marais d'Opale

Le 24 mars 2000, le Premier Ministre signait le décret de création du Parc Naturel Régional des Caps et Marais d'Opale. Il est né du regroupement des Parcs du Boulonnais (76 communes) et celui de l'Audomarois (40 communes) plus l'adhésion de nouvelles communes. Soit au total, 152 communes (132 communes rurales et 20 communes urbaines), 6 intercommunalités, 5 organismes consulaires, le Département du Pas-de-Calais et la Région Nord/Pas-de-Calais qui se sont regroupés autour d'un projet de développement économique et social du territoire, basé sur la protection et la mise en valeur du patrimoine naturel, culturel et paysager.

Le groupe de travail marais - la concrétisation d'un partenariat

Depuis 2001, La communauté d'Agglomération de Saint-Omer travaille en étroite collaboration avec le Parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale sur la question de la préservation du marais audomarois. Le groupe de travail marais a transcrit sa réflexion dans un document, « le Marais Audomarois – Objectif 2013 – programme d’actions pour sa sauvegarde ».

De ces dix années de travail, plusieurs projets ont émergés.

Il s’agit dans un premier temps de la brigade des piégeurs de rats musqués dont le travail est nécessaire pour un territoire d’exception comme le notre.

La prise de maîtrise d'ouvrage communautaire du projet de Maison du Marais verra le jour en 2013. Dés l'origine du projet de maison du marais, il a été décidé que cet équipement à vocation touristique héberge l'équipe technique du Parc actuellement basée sur le site de Arques. La contribution du Parc à la dynamique de la maison du marais se fera notamment au travers de l'animation d'un centre de ressources dédié aux zones humides au premier rang desquelles le marais audomarois. Ce centre de ressources devrait assez logiquement jouer le rôle de guichet unique pour les habitants des 15 communes qui composent le marais. Les services du Parc, et en accord avec la Communauté d’agglo, ont pu s'engager dans un dossier de labelisation du marais audomarois et des communes qui le composent, mais aussi de celles de l'agglomération au titre du programme « l'Homme et le Biosphère » de l'UNESCO. A l'occasion de la venue du comité français des réserves de biosphère en juin dernier, il a été proposé la maison du marais devienne le siège de la future réserve de biosphère mais qu'elle soit également « maison Ramsar ».

En accompagnement du projet global renouvelé en 2008, la CASO a procédé à l'embauche de deux gardes champêtres communautaires pour intervenir sur le marais en application des code de l'environnement et de l'urbanisme dans le cadre d'une police du marais.

La CASO a également élaboré un projet de Pôle de Recherche et de Développement sur l'Eau pour lequel elle a recruté un directeur et un chef de projet. La CASO est également porteur d'un projet de Pôle d'excellence régional pour une agriculture adaptée à un territoire fragile sur le marais audomarois. La CASO dispose désormais d'un ingénieur agronome.

La Communauté d’agglomération souhaite également s’impliquer aux cotés du groupe de travail marais et plus largement du Parc sur la création de liaisons cyclables et pédestres.

Grands projets

Pôle de recherche et de développement sur l'eau

En savoir plus