Préserver

Champs captants

L’évolution s’est faite en douceur mais elle est, aujourd’hui, accomplie : l’eau potable de l’agglomération de Saint-Omer qui, pour une large part, venait des forages autorisés par l’Etat sur le territoire de la commune de Saint-Martin-au-Laërt a maintenant d’autres origines.

Depuis 2007, les forages de Tilques et de Salperwick ont été mis en service pour une production respectivement de 650.000 m3 et de 920.000 m3 par an. Vient de s’ajouter, à la fin de l’année 2010, le champ captant de Serques avec 435.000 m3.

C’est le choix de la sécurité qui a été fait. Les trois forages de Saint-Martin-au-Laërt, situés en bordure du marais audomarois, sont proches d’activités humaines génératrices de pollutions éventuelles. L’un des trois demeure exploitable, si le besoin s’en faisait sentir, uniquement à des fins industrielles, les deux autres sont à l’arrêt complet.

Autre champ captant de l’agglomération : celui de Blendecques dont les premiers forages existent depuis 1957. C’est une ressource jusqu’alors exploitée par la régie Noréade du syndicat mixte SIDEN-SIAN qui permet d’alimenter en eau potable de nombreuses communes de Flandre Intérieure dans l’arrondissement de Dunkerque.

Les élus de la CASO ont décidé d’exploiter cette même ressource pour le compte de la population de l’agglomération audomaroise en obtenant l’autorisation préfectorale d’implanter un captage à 180 mètres en aval du site du SIDEN-SIAN. La production va transiter grâce à une conduite de transport de Noréade, jusqu’à un point de prélèvement situé à proximité de la Porte Multimodale de l’Aa.

Ce dispositif permettra de renforcer l’alimentation en eau potable de la Ville d’Arques qui bénéficie de captages situés en plein cœur de la commune pour lesquels la CASO a une autorisation de prélèvement de 600.000 m3. Si la nappe est bien protégée par les couches géologiques, il a été détecté la présence de nickel en concentration supérieure à la norme, aussi l’eau pompée sur le site d’Arques doit être mélangée à celle provenant des captages de Blendecques afin de la rendre conforme aux critères de distribution.

« Les interconnexions entre les forages de Serques, Tilques et Salperwick et entre ceux de Blendecques et d’Arques permettent une certaine sécurité au niveau de l’approvisionnement, assure Gérard Flament, vice-président de la CASO, en charge de l’eau, cependant, il serait intéressant d’envisager l’interconnexion des forages du nord-ouest avec ceux de Blendecques pour une sécurité optimale mais, en l’état, nous devons le dire sans fausse modestie, nous sommes l’une des rares agglomérations du département à avoir pris, ainsi, cette question à bras-le-corps. »

En lien avec l’étude diligentée par le Conseil Général, un schéma d’organisation pour la distribution d’eau potable de l’agglomération va être prochainement lancé et devrait permettre l’optimisation du fonctionnement des réseaux et de la distribution tout en garantissant la possibilité de répondre aux besoins futurs de l’agglomération.